Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Installation d’un nouveau médecin à Amay
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Presse / Communication / Communiqués de presse / Installation d’un nouveau médecin à Amay

Installation d’un nouveau médecin à Amay

Le 23 avril 2019, le Docteur Jean-Louis Muzembe et l’Administration communale d’Amay ont signé une convention de mise à disposition d’un local dans le cadre d’un projet de partenariat qui vise à enrayer la pénurie de médecins sur notre territoire communal.

A l’origine de ce partenariat, un constat alarmant, qui touche Amay mais aussi de nombreuses communes wallonnes : la pénurie de médecins généralistes.

Quelques chiffres clés

A Amay, nous dénombrons 14 médecins en activité pour 14.318 habitants. Le plus jeune médecin a 47 ans tandis que le plus âgé a 74 ans. La dernière arrivée d’un généraliste date de 1996. Il y a 4 médecins généralistes de plus de 65 ans. En 2024, si aucune mesure n’est prise, il restera 4 médecins en activité sur notre commune.

Synergie entre les Autorités communales et les médecins généraliste Amaytois

Alarmés par les médecins Amaytois et sur base de ces projections chiffrées, l’Administration communale (par le biais de son Plan de Cohésion Sociale), le Collège Communal et une délégation de médecins généralistes Amaytois se sont concertés afin de co-construire un projet répondant à ce manque et aux attentes en matière de soins de santé des citoyens Amaytois.

Installation d’un nouveau médecin à Amay

Avec 11 années d’expérience à son actif, dont 2 ans de formation, spécialisation en médecine générale et d'urgence, nous accueillons le docteur Jean-Louis Muzembe, médecin généraliste dans le centre d’Amay, dès le 29 avril prochain.

En concertation avec notre Bourgmestre, Jean-Michel Javaux, Catherine Delhez, échevine des Affaires sociales, Luc Huberty, échevin en charge de la Santé ainsi que plusieurs médecins, un partenariat local permettant l’installation d’un cabinet au sein de la « Maison des Moments de la Vie » s’est concrétisé et a été formalisé par la signature d’une convention de mise à disposition ce mardi 23 avril 2019.

Les patients peuvent déjà commencer à prendre rendez-vous s’ils le souhaitent.

Organisation des consultations : Prise de rendez-vous

Le Dr. Muzembe dispose d’un agenda en ligne. On peut le joindre également par téléphone. Il laissera aussi quelques plages libres, fin de matinée et fin de soirée, pour des consultations sans rendez-vous. Pour les personnes à mobilité réduite, il pourra se déplacer à domicile.

Le fonctionnement de l’agenda en ligne est simple : il suffit de taper son nom sur le site www.doctena.be ,  de remplir un formulaire d’identification et on est redirigé vers son agenda pour fixer un rendez-vous. Le patient reçoit ensuite un SMS ou un e-mail de confirmation ainsi qu’un rappel la veille de la consultation.

Du point de vue de l’accessibilité, les patients bénéficient du parking de la Grand-Place. L’entrée du cabinet se fait par la porte située au n°3 de la Place A. Grégoire.

Le docteur J-L. Muzembe reçoit dès le lundi 29 avril selon l’horaire suivant :
Consultations libres et sur rendez-vous
Du lundi au vendredi de 8h30 à 19h
www.doctena.be ou 0476/04 36 36.

Portrait du Docteur Jean-Louis Muzembe

Agé de 37 ans, Jean-Louis Muzembe Bamanayi est belge, originaire du Congo RDC. Il réside à Grâce-Hollogne. Marié, il est aussi père de deux enfants. Il connait un peu la région et se réjouit de son arrivée au sein de notre commune.

Quel a été votre parcours professionnel ?

Je suis diplômé en tant que docteur en médecine générale de l’UCL.

Cela fait 10 ans que je travaille à Verviers, dans le service des urgences de l’hôpital ainsi que dans un centre médical multidisciplinaire. Avant cela, j’ai travaillé une année (aux urgences et en neurologie) à l’hôpital Saint-Pierre situé à Ottignies en parallèle de la formation BMA (Brevet de Médecine Aiguë). Année pendant laquelle j'assurais aussi la garde de première ligne de neurologie de l'hôpital Sainte-Elisabeth à Uccle.

Comment définiriez-vous le métier de médecin généraliste ? Pourquoi l’avoir choisi ?

C’est un métier de cœur : on ne fait pas la médecine générale pour devenir riche mais par conviction par amour et par valeur. Cela me permet d’être proche du patient, à son écoute et de me rendre disponible. Ça n’exclut pas néanmoins d’avoir une vie personnelle. Avant, la médecine était considérée comme un sacerdoce. On passait à côté de sa vie privée. Je ne m’inscris pas dans cette optique mais je pense qu’il y a moyen de trouver un juste milieu. On ne ferme pas la boutique à 16h mais on ne reste pas non plus au chevet du patient si on n’est pas de garde. C’est un cadre à instaurer et à expliquer aux patients, tout simplement.

Selon vous, quelles sont les qualités requises pour exercer ?

Il faut disposer de solides compétences médicales, avoir le sens de l’écoute, être disponible et savoir se mettre au service de l’autre quand c’est nécessaire. Il faut aussi être organisé et ponctuel.

Est-ce qu’être médecin dans une commune, c’est radicalement différent de la pratique dans un grand centre urbain ?

Ce n’est pas si différent. La médecine reste la même. La manière dont les gens vont concevoir la médecine va varier.

À Verviers, là où j’exerçais, il y a deux grands centres hospitaliers un CHR et un CHE. Ici, on est un peu délocalisé mais on est tout de même proche du CHRH, du Bois de l’Abbaye et du CHU de Liège. Amay se situe à un point névralgique, en fait.

Quels sont vos objectifs ?

Mon premier objectif, c’est de me mettre au travail au plus vite. Si la patientèle prend de l’essor, on peut envisager une collaboration future avec un confrère. Je termine également une formation pour coacher un assistant.

Je suis aussi ouvert au projet de plate-forme collaborative. Je suis assez motivé et je voudrais créer un élan pour attirer davantage de confrères / consœurs  à Amay.

La « Maison des Moments de la Vie »

Salle d'attente (683x1024)Grâce à un appel à projet du gouvernement wallon à destination des communes rurales et semi-rurales de Wallonie, auquel l’Administration communale avait répondu, qui vise à enrayer la pénurie de généralistes et garantir un accès équitable aux soins de santé, un aménagement complet du rez-de-chaussée de la Maison des Moments de la Vie a été réalisé et permet d’accueillir les patients dans des conditions optimales.

Cabinet (1024x683)

A moyen terme, l’objectif poursuivi conjointement par l’Administration Communale et nos médecins généralistes, serait de créer un centre médical pluridisciplinaire (psychologue, laboratoire d’analyses, infirmièr(e),…) qui pourrait s’intégrer dans le cadre d’un projet plus vaste de réhabilitation de l’ancien Prieuré.

Plus d’infos ?

Contactez notre échevin de la Santé, Luc Huberty, au 0488/480 758 ou via e-mail bHVjLmh1YmVydHlAYW1heS5iZQ==