Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Environnement / Les pigeons, mieux vaut ne pas les nourrir
Actions sur le document

Les pigeons, mieux vaut ne pas les nourrir

De nombreuses personnes se réjouissent de la présence de pigeons sauvages dans notre commune. Ils y sont attachés et prennent parfois plaisir à les nourrir ou à les observer.
Pourtant, ces oiseaux qui ont une origine domestique sont considérés comme des animaux nuisibles lorsque leur population est importante.

Pour la santé publique

Bien qu’il soit difficile d’établir une relation claire entre les pigeons et certaines maladies développées par l’homme, il faut savoir que l’on retrouve jusqu’à 60 pathogènes humains transportés par les pigeons des villes.

Les fientes

En plus de la dégradation esthétique, les fientes de pigeons sont corrosives, à cause des acides organiques qu’elles contiennent et peuvent provoquer des dégâts importants, surtout aux constructions en marbre et pierre calcaire.

Les dégradations et la gêne dues à la nidification

Le pigeon peut aussi endommager directement la structure d’un bâtiment lorsqu’il cherche un lieu de nidification. Certains pigeons n’hésitent pas à pénétrer dans nos habitations à cette époque, ce qui oblige certains habitants à littéralement se barricader au moyen de filets.
Il est donc important de contrôler la population des pigeons qui ont des capacités de reproduction impressionnantes.

Un seul couple peut engendrer au total 16 petits sur une année.
Chaque jeune commence à se reproduire dès l’âge de six mois.
Conclusion, la famille de ce seul couple aura augmenté de 108 individus au bout de deux ans seulement.
Ceci n’arrive qu’à la condition que ce couple ait pu trouver un lieu pour construire son nid et assez d’aliments pour nourrir ses petits. Chaque pigeon vivra de 6 à 10 ans. La population pourrait donc très rapidement décupler, faute du moindre prédateur.
Voilà pourquoi l’article 46 du règlement général de police interdit le nourrissage des pigeons sur la voie publique.

Art.46 : « Il est interdit de distribuer de la nourriture sur la voie publique, lorsque cette pratique favorise la multiplication et la fixation d’animaux errants, tels que chats chiens, pigeons, rongeurs et autres. »

Sans vouloir l’affamer, il ne faut plus nourrir le pigeon, pour qu’il ne fasse plus de grande famille. Donc, ne jetez plus de pain, c’est mauvais pour leur santé (dégénérescence, fientes plus acides) et cela attire surtout les rats. Laissez-les chercher eux-mêmes leur nourriture. La nature en ville peut la leur offrir.
La solution doit venir du citoyen. Il est le principal fournisseur de nourriture et c’est chez lui que les pigeons font leurs nids.
Si vous aimez les oiseaux, accrochez plutôt chez vous, des mangeoires, des boules à graines pour attirer les mésanges, les moineaux et les fauvettes. Le plaisir est au rendez-vous.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le service des Gardiens de la Paix au service communal de l’Environnement rue de l’Industrie 67 à 4540 AMAY - Cédric Liénard, Gardien de la Paix – Constatateur – Courriel: cedric.lienard@amay.be – Ligne directe – tél : 085/310 541 ou Laury Cusich, Gardien de la Paix – Constatateur – Courriel : bGF1cnkuY3VzaWNoQGFtYXkuYmU= – Ligne directe – tél : 085/310 546. Pour tout autre renseignement, vous pouvez faire appel au Service Communal de l’Environnement – rue de l’Industrie 67 à 4540 AMAY – tél : 085/316 615