Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Vie pratique / Associatif / Associations et groupements / Amay en transition
Actions sur le document

Amay en transition

La convivialité à portée de main !

Amayentransition logo8K1. Amay en transition
... est une association de fait qui regroupe des habitants de la commune désireux de participer activement à inscrire Amay dans le mouvement « Villes et communes en transition ». Créé par Rob Hopkins,un enseignant irlandais en constructions naturelles, il se répand depuis 2006 à partir de la Grande Bretagne dans le monde entier.
Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire (village, commune, ville ou quartier d’une ville) à prendre conscience  de l’impossibilité de continuer à moyen terme notre mode de vie actuelle,  vu l’atteinte du pic pétrolier et de l’augmentation des prix que la raréfaction du pétrole va engendrer et sans compter les conséquences des changements climatiques. Le concept central de mouvement transition est la résilience, la capacité à réagir aux crises et à être autonome.

Il consiste à mettre en place, au niveau de la cité, des projets initiés par et pour ses habitants, sans aucune notion d’appartenance politique ou philosophique. Ces projets ont pour but d’inventer des moyens pratiques, à notre portée, pour amortir les impacts négatifs de la hausse prévisible du prix du pétrole et des chocs économiques que cela engendre sur nos modes de vie actuels. Près de 700 villes dans le monde ont adopté la démarche de la « transition ». En Belgique, quelques villes/communes ont démarré dont Bruxelles, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Grez Doiceau, Ath... Et maintenant, Amay !

2. Historique au niveau local
L’initiatrice de l’implantation du mouvement à Amay est Myriam Cans, une  habitante de Jehay. Ayant eu connaissance de ces expériences de « Ville en transition » en Angleterre, elle est allée sur place, à Totness, dans le sud de l’Angleterre et, enthousiasmée, s’est mise en tête de mettre sur pied un projet semblable à Amay. Soutenue et aidée  par le PCDN où elle est également active, elle a lancé le projet en novembre 2010.

3. Fonctionnement pratique

  • Réunions « petit déjeuners ». Une fois par mois, le samedi ou le dimanche, tous les participants et curieux sont invités à se rencontrer autour d’un petit déjeuner. On  vient y faire connaissance, on informe (et y est informé) sur l’état d’avancement des projets en cours, on y débat sur un thème différent chaque fois, et... on y déjeune avec toutes les bonnes choses que les participants apportent eux-mêmes.
  • Réunions de groupes.  Chaque projet est développé par un groupe de quelques personnes bénévoles. Chaque groupe est coordonné par un coordinateur/animateur de groupe. Chaque groupe se réunit à son rythme et en toute autonomie avec comme objectif la concrétisation de son projet propre, mais en gardant en commun avec les autres groupes l'approche des objectifs de la transition.


4. Première concrétisation : Le SEL d’Amay – Système d’échange local d’Amay

A quoi ça sert ?
A la base, un service SEL permet d'échanger des services de voisinage, de façon croisée et structurée dans un réseau local. Vous rendez des services à d'autres membres du SEL d’Amay et vous en recevez en retour, si vous le souhaitez. Par exemple : vous apprenez l'espagnol à quelqu'un, et une autre personne fera du baby-sitting pour vous rendre service. Dans le cas du SEL d’Amay, l'unité de l'échange est l’heure de service :

1 heure de service = 1 Heure SelAm

Le service SEL fonctionne donc comme une banque de service. Il n'y a pas de valeur monnayée. Seul le temps est l'unité d'échange. Chaque membre du groupe SEL possède un compte qui reflète son activité au sein du groupe.
L'ONEM autorise les chômeurs à rejoindre un SEL.  Toutes les infos sur notre site web. A ce jour, plus de 68 services sont déjà proposés (voir site web) ... et nous nous réjouissons de vous accueillir au sein du SEL.
Le SEL permet d'améliorer son niveau de vie, de créer des liens locaux et de découvrir de nouvelles richesses à portée de main.

Qu’est-ce qu’un GAC ou groupements d’achats communs/centralisés ?
Un GAC est un groupement de citoyens qui décident de se mettre ensemble pour acheter certains produits, souvent alimentaires mais il peut aussi s’agir d’autres denrées, d’énergie,…

Pourquoi un GAC dans Amay en transition ?
Les motivations pour faire partie d’un GAC sont de :
• retrouver des aliments de qualité, locaux,  sans pesticides ni agents conservateurs,
• d’assurer un meilleur revenu à l’agriculteur dans le cas de denrées locales alimentaires et
• d’encourager des modes de production respectueux de l’environnement, des sols, des végétaux, des animaux et des saisons.

Au niveau environnemental, l’économie de CO2, due à la réduction du transport, va dans le sens de la transition. (Selon le CRIOC, 80% des aliments bio, consommés en Belgique, viennent de l’étranger).
Au niveau consommateur, on constate souvent des économies qui peuvent aller jusqu’à 10 % par rapport à ce que l’on peut trouver dans les grands magasins.
Du côté du producteur, l’assurance qu’il va pouvoir écouler une partie de sa production en circuit court, sans intermédiaire, lui permet également des économies et une certaine sécurité.
On relance donc l’économie locale en privilégiant le contact entre producteurs et consommateurs et entre consommateurs locaux.

Responsables :

Frank DELANDSHERE
Rue Aux terrasses, 19/A – 4540 Amay
0496/729 545

Delphine BINET
Rue du Tambour, 92
0486/604 134

Contacts :

Le suivi de la vie des groupes via facebook : www.facebook.com/amayentransition.be