Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Commémorations de l’Armistice

Commémorations de l’Armistice

Discours de Luc Huberty

Si nous sommes tous réunis aujourd’hui, c’est pour nous souvenir qu’il y a 104 ans, le monde était en fête, se réjouissant de la  fin du  terrible conflit qui avait duré plus de 4 ans et fait plus de 20 millions de morts et 21 millions de blessés.

L’objectif d’une cérémonie de commémoration est de ne pas oublier ce qui s’est passé lors d’un événement de très grande importance, mais également de comprendre les tenants et aboutissants dudit événement. Je me permets dès lors de vous partager des informations, souvent méconnues, sur la fin de cette terrible “Grande guerre”.

Le 11 novembre 1918, entre 5 et 6h du matin, l’Armistice est signé par les représentants des alliés et ceux de l’armée allemande. Les hostilités sont suspendues à 11h du matin le même jour.

Cet Armistice n’est pas, comme on le pense souvent, un document signifiant la fin de la guerre. Ce document est en fait une suspension provisoire des combats en vue de permettre une négociation visant l’arrêt du conflit.

Celui qui fût signé le 11 novembre 1918 mentionnait une durée de 36 jours. Il fût reconduit à plusieurs reprises. Et ce n’est que lors de la signature des traités de paix à Versailles, le 28 juin 1919, que la fin de la guerre fût réellement actée. Mais c’est la date du 11 novembre qui fût choisie en 1922 comme fête nationale afin d’honorer tous les soldats morts aux combats. Je vous demande de penser à toutes ces victimes durant quelques instants de silence.

Le monde a donc vécu plusieurs mois en apnée, craignant que les pourparlers n’aboutissent pas et que les combats reprennent. On ne peut qu’imaginer l’angoisse qui devait régner à l’époque, car la population savait ce qu’il y avait à craindre.

Malheureusement, l’histoire a démontré que les discussions entre les différents dirigeants des nations concernées n’avaient pas été suffisamment “efficaces” pour permettre que la paix soit durable. 20 ans plus tard, l’horreur resurgissait, replongeant la quasi-totalité de la planète dans une guerre plus meurtrière encore !

Cela prouve qu’il est essentiel de se souvenir des leçons du passé.

La paix ne peut être réelle que dans un monde où la priorité est le sort de l’humain et non le pouvoir et la gloire.

Pourtant, les événements de cette année 2022 nous démontrent que c’est loin d’être le cas et que les “grands de ce monde” sont toujours enclins à faire passer leurs propres intérêts avant ceux de la population.

Vous, chers enfants, êtes témoins de ce que la guerre peut faire comme ravages. Certains d’entre vous ont vu arriver de jeunes Ukrainiens qui avaient dû fuir leur pays et les bombes qui dévastaient leurs villes et villages sans qu’ils comprennent pourquoi. La plupart d’entre eux ont dû quitter leur quotidien et laisser derrière eux leurs père, frères, grand-père, oncles… qui sont restés au pays pour défendre leur liberté.

Et puis aujourd’hui, nous constatons tous les conséquences désastreuses de l’absence de paix : la crise de l’énergie, les augmentations des prix d’un tas de choses essentielles nous touchent tous… La guerre ne fait pas que des dégâts sur les lieux des combats !

Pourtant, après chaque grand conflit, tout le monde crie haut et fort “plus jamais ça”.

Et pour que ce souhait devienne une réalité, il  n’y a qu’une seule solution, évoluer vers plus de tolérance et d’empathie.

Bien sûr, ni vous ni moi n’avons la possibilité d’aller frapper à la porte d’un président en lui disant “Dites, il faut qu’on parle, je trouve que vous n’avez pas la bonne manière pour diriger votre pays”. Non bien sûr. Cependant, nous avons un grand pouvoir, celui de donner l’exemple, par nos actions et notre comportement. La bienveillance peut être contagieuse. Nous avons eu l’occasion de le constater en étant témoin des actes de personnes telles que l’Abbé Pierre, Mère Térésa, Martin Luther King et un tas d’autres pour qui la vie humaine était ce qu’il y avait de plus important. Ces Grands Hommes et Grandes Femmes ont entraîné des mouvements de solidarité qui leur ont survécu, ils ont incité un tas de monde à perpétuer leurs œuvres.

Nous, à notre niveau, nous pouvons nous comporter de telle manière à ce que notre entourage ait envie d’adopter une nouvelle attitude. Ainsi, en étant gentil, tolérant, ouvert aux autres, nous exerçons un grand pouvoir, et nous pouvons espérer que nous contaminerons notre entourage qui lui-même, influencera le sien.

Albert Einstein a dit « Donner l'exemple n'est pas le principal moyen d'influencer les autres, c'est le seul moyen. » A nous de faire le nécessaire pour donner le Bon exemple.

Quelques images de la matinée