Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Economie / Commerces / Histoire de nos commerces / Maison Leroy

Maison Leroy

1939, la guerre se déchaîne… Et pourtant, Rosine et Adelin Leroy décident d'ouvrir leur magasin dans la rue Aux Chevaux. Rosine, petite femme courageuse et avenante, s'occupera de la vente d'articles alimentaires et de droguerie. Adelin, qui travaille tout l'hiver à la boulonnerie, est un excellent bricoleur et, dès le beau temps revenu, travaille comme peintre/tapissier. Reconnu pour la qualité de son travail, les demandes fusent. A l'époque, il est de bon ton de revoir la décoration des maisons lors d'événements familiaux comme les mariages, les communions, les baptêmes...

Simone, la fille de Rosine et Adelin, a toujours donné un coup de main à ses parents et c'est tout naturellement qu'elle reprend le flambeau de ce magasin devenu pour tous la "Maison Leroy". Avec son mari Roger, qui travaille comme contremaître chez Dumont-Wautier, Simone donne une nouvelle impulsion à ce commerce désormais réputé. Implanté rue Vinâve, on peut y trouver, en plus des articles de droguerie, de la bijouterie de fantaisie, des parfums classiques, et même des articles scolaires et de papeterie. A la fermeture de l'usine Dumont-Wauthier "Ampsin", Roger se lance à temps plein dans le commerce, s'occupant notamment de la pose des revêtements de sol ou des papiers peints achetés au magasin.

Leur seconde fille, Carine, a toujours vécu ses moments de loisir au magasin. Toute petite, elle s'amuse à tapoter sur la caisse enregistreuse, rendant la monnaie accompagnée d'un "Merci Madame, Merci Monsieur" et d'un large sourire : sa voie est toute tracée. Ayant perdu sa maman très tôt, Carine se retrouve à la tête de cette SPRL en compagnie d'un associé. Ce dernier, Vincent, s'occupe de la partie "chantier" du commerce, proposant des travaux de peinture, de revêtement de sol et même de plafond tendu. Le magasin est dorénavant installé sur la Chaussée de Liège et Carine amène sa touche personnelle aux articles qui y sont vendus : confection de tentures, idées cadeaux, feux d'artifice et une foule d'articles de décoration : la Maison Leroy est devenue une véritable caverne d'Ali Baba. Tous les Amaytois connaissent ce commerce. Les clients ont vu grandir Axelle et Gilles, les enfants de Carine. Certains racontent même qu'ils ont changé leurs couches pendant que leur maman était occupée à servir au magasin ! C'est dire si la Maison Leroy fait partie du paysage de la commune : elle est devenue une vraie institution. Comment pourrait-on donner un autre qualificatif à un commerce qui, en 2019, fêtera ses 80 ans d'existence !