Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document

Les plantes mellifères

Attirer les insectes pollinisateurs au jardin, et notamment les abeilles, c'est facile, en privilégiant les plantes mellifères. Plantes fleuries, aromatiques, arbustes, sans oublier les fleurs sauvages : les espèces mellifères sont nombreuses. Un geste pour la biodiversité, un bon point pour le jardin !

Insectes pollinisateurs : bienvenue au jardin !

Les plantes mellifères Le jardinier a tout intérêt à attirer les insectes pollinisateurs. Abeilles et papillons, pour ne citer qu’eux, assurent la pollinisation des plants de légumes et des arbres fruitiers. Un jardin bourdonnant d’abeilles, c’est la promesse de belles récoltes au potager comme au verger ! Et puis, accueillir une grande diversité d’insectes, c’est un premier pas vers la lutte biologique : les populations se régulent plus facilement d’elles-mêmes (ainsi, le syrphe se charge de la pollinisation tout en dévorant les pucerons), ce qui limite le recours aux pesticides.
A noter que, contrairement à une idée reçue, les abeilles occupées à butiner ne piquent pas : pas d’inquiétude à avoir pour les enfants.

Protéger la biodiversité et les abeilles, si menacées

Du point de vue de l'écologie et de l'environnement, les insectes, en particulier les abeilles, ont bien besoin qu’on leur offre des fleurs à butiner, et donc de la nourriture. Entre les pesticides, la disparition de la flore sauvage, la suppression des haies et les jardins trop bien entretenus, où les plantes indigènes ne trouvent plus refuge, les insectes ont bien du mal à trouver un lieu de vie... et de quoi se nourrir. C’est la biodiversité de nos campagnes qui est en jeu, ainsi que la survie des abeilles, à qui la nourriture manque parfois cruellement.

Une plante mellifère, c'est quoi ?

Au printemps prochain, pensez donc aux plantes mellifères ! De nombreuses espèces indigènes sont dites mellifères, c’est à dire qu’elles offrent aux abeilles de quoi fabriquer du miel (qui est avant tout la nourriture de la colonie) : nectar, pollen, miellat… Toutes ne peuvent pas être butinées par les abeilles, car la morphologie de la fleur doit s’y prêter (il faut que l’abeille puisse atteindre le nectar ou le pollen). Pour les papillons, encombrés de leurs ailes, c’est encore moins évident : les fleurs à large corolle sont les plus accessibles.

Plantes cultivées et décoratives

En matière de plantes mellifères, on songe d’abord aux plantes fleuries, à semer, à planter ou en bulbe. Il est généralement préférable de choisir des espèces locales, adaptées au climat, et ne nécessitant pas ou peu de soins particuliers. Certaines d'entre elles sont vivaces (muflier/gueule de loup «Antirrhinum majus», lys «Lilium sp.», bruyère «Calluna vulgaris»), d'autres sont annuelles (souci «Calendula officinal»,   rose trémière «Althea rosea», tournesol «Helianthus annuus»…)

Plantes grimpantes

Les grimpantes sont une jolie façon d’habiller un tronc haut, un mur ou une clôture : tant qu’à faire, autant choisir une espèce mellifère
(glycine de Chine «Wilsteria sinensis», chèvrefeuille des jardins «Lonicera caprifolium», lierre grimpant «Hedera helix» qui fournit de la nourriture aux abeilles à l’automne pour compléter les réserves avant l’hiver, clématites «Clematis sp.»...)

Plantes aromatiques

Les aromatiques ne réjouissent pas que le nez et les papilles du jardinier : les insectes butineurs, eux aussi, en raffolent ! Parmi les aromatiques mellifères : sauge des prés «Salvia pratensis»,  menthe «Mentha sp.», bourrache «borago officinalis», lavande «lavandula angustifolia»,    thym serpolet «thymus serpyllum»,  origan «origanum vulgare» ...

Fleurs sauvages

Les fleurs sauvages ne sont pas à négliger, pour ne pas dire à privilégier : peu exigeantes, elles se ressèment spontanément d’une année sur l’autre et sont souvent très visitées par les abeilles. Il suffit de leur laisser un coin de jardin ! Si le "coin d'herbes folles" vous rebute, vous pouvez aussi semer une petite prairie fleurie : on trouve dans le commerce des mélanges de graines de fleurs (sauvages et cultivées) pour pollinisateurs (pissenlit «Taraxacum officinale»,  trèfle des prés «Trifolium pratense»,  coquelicot «Papaver rhoeas», primevère «Primula sp.»,  bleuet  «Centaurea cyanus»...)

Arbres

On n’y pense pas toujours, mais certains arbres offrent aux abeilles et autres hyménoptères une profusion de nourriture. Si vous songez à planter un arbre dans votre jardin, voici quelques idées d’espèces mellifères : bouleau verruqueux «Betula pendula» (donne du pollen très tôt au printemps, lorsque les autres fleurs sont encore rares, ce qui aide au «démarrage» des colonies d’abeilles), tilleul à petites feuilles «Tilia cordata», saule blanc «Salix alba», arbres fruitiers : cerisier à grappes  «Prunus padus», pommier à fruit «Malus domestica», poirier  cultivé «Pyrus  communis», prunier  «Prunus domestica»  ...

Arbustes

Les arbustes peuvent eux aussi être de précieuses sources de pollen ou de nectar. Ils peuvent aussi, selon les espèces, être décoratifs, seuls ou en massifs, ou occuper une place de choix dans un jardin de parfum, ou encore constituer une haie. Quelques arbustes appréciés des abeilles : noisetier commun  «Corylus avellana», (il donne du pollen très tôt au printemps), troène commun «Ligustrum  vulgare», sureau noir «Sambucus nigra», framboisier «Rubus idaeus», buis «Buxus sempervirens», lilas «Syringa vulgaris», houx «Ilex aquifolium», aubépine à 1 style «Crataegus monogyna» ...

Quelles que soient les plantes mellifères que vous choisirez de semer ou de planter au jardin, l’idéal est de multiplier les espèces, afin d’avoir une grande diversité de fleurs et des floraisons échelonnées sur toute l’année. Evitez les fleurs doubles, au profit des fleurs simples, beaucoup plus riches en pollen et en nectar. Enfin (mais est-il besoin de le rappeler ici), abandonnez les insecticides !

Pour toute information complémentaire sur le Plan Maya, Monsieur Didier Marchandise, Conseiller en Environnement est à votre disposition au Service Communal de l’Environnement au 085/316 615 ou par courriel : ZGlkaWVyLm1hcmNoYW5kaXNlQGFtYXkuYmU=