Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document

Nos amies, les abeilles!

Saviez-vous qu'il en existe près de 400 espèces uniquement en Belgique et plus de 2.000 en Europe ?

Cette diversité, bien souvent méconnue, est pourtant une des clés de la biodiversité végétale de nos régions.
Les abeilles et les autres pollinisateurs, tels que les papillons et les syrphes transportent le pollen de fleurs en fleurs, ce qui permet la reproduction de nombreuses plantes.
Sans eux, pas de haricot, tomate, potiron... Plus de 85% des fruits et légumes ne peuvent se développer sans leurs actions et disparaitraient des rayons de magasins, de nos frigos et de nos assiettes.
Pourtant, ces pollinisateurs sont en danger. Les abeilles et plus généralement les insectes disparaissent ! Ce problème serait dû à un ensemble de causes : utilisation de pesticides, perte ou dégradation des habitats, la présence de parasites et de prédateurs invasifs (l’acarien varroa et le frelon asiatique). Une disparition totale aurait de graves conséquences écologiques et économiques (la pollinisation naturelle est estimée à 153 milliards d’euros chaque année au niveau mondial). Contre ce processus, nous pouvons agir !
Dans le cadre du PLAN MAYA de notre commune, des actions favorables à la préservation des insectes butineurs peuvent être réalisées.

Accueillir les pollinisateurs chez soi

Pour accueillir les pollinisateurs chez vous, il vous faut aménager des lieux de nidification et de ponte (les hôtels à insectes). Quelques morceaux de bois, un peu d’outillage, et c’est parti!
Une bûche percée de quelques galeries de 4 à 12 mm de diamètre et d’une dizaine de centimètres de long, ou encore un fagot de tiges creuses (bambou, berce commune, etc.) ou à moelle (sureaux, etc.) suffiront bien souvent pour accentuer la présence d’abeilles sauvages dans votre jardin. Un diamètre de 8mm attirera les osmies, facilement reconnaissable avec leur derrière roux.
Conserver des espaces plus naturels dans votre jardin. Un tas de bois, un talus de terre ou de sable, ou encore des talus empierrés ainsi que des espaces verts que l’on ne tond pas peuvent déjà offrir de très beaux gîtes aux pollinisateurs.

Ne pas oublier le couvert !

Les plantes mellifères sont plus utiles et fournissent plus de ressources que d’autres pour les pollinisateurs. Les deux ressources principales recherchées sont la quantité de pollen et de nectar que la plante produit.
Certaines produisent plus de nectar (qui sera transformé en miel par les abeilles), d’autre produisent plus de pollen (pour l’alimentation des larves), et certaines sont excellentes dans la production de ces deux ressources !
La phacélie, le saule marsault ou encore le marronnier sont d’excellents exemples ! Mais la meilleure idée ne serait-elle pas de laisser des espaces naturels ou apparaîtront naturellement des plantes adaptées ?

Plus d’infos : biodiversite.wallonie.be/fr/plan-maya (site internet, nouvelle fenêtre)
Vous y trouverez sous l'onglet "bibliothèque Maya" des brochures téléchargeables éditées par le SPW Environnement: l’une sur le Plan Maya, la seconde sur les arbres et arbustes mellifères et la 3ème sur l’aménagement des prairies de plantes sauvages.